Attention! WhatsApp, cible d’un piratage massif via des SMS

share on:

Attention aux messages que vous recevez sur votre application WhatsApp.  L’application de messagerie instantanée est la cible depuis quelques jours d’un piratage massif. Les hackeurs tentent, par le biais de SMS, d’obtenir des codes de double authentification pour configurer l’application sur d’autres appareils et prendre le contrôle des comptes de leurs victimes.

Il y a des SMS que l’on préfèrerait ne jamais recevoir. En ce moment, c’est sur l’application WhatsApp qu’il faut faire attention : comme l’a repéré le site Phonandroid, relayant une information du magazine britannique Which ?, spécialisé dans la défense des consommateurs, une tentative de piratage massive est actuellement en cours, depuis la toute fin du mois de mars.

Comment se déroule ce piratage à portée de SMS ?

Dans un premier temps, les utilisateurs reçoivent un code de connexion pour une authentification à deux facteurs. Ainsi, si vous en recevez un sans en avoir réclamé, vous êtes probablement victime de cette tentative de hacking, et il ne faut surtout pas répondre ou cliquer sur le lien, inséré dans ce même message.

Les pirates tentent de prendre le contrôle de votre appareil

Quelques minutes après le premier SMS, en arrive un second. Celui-ci est envoyé de la part d’un contact présent dans la liste du téléphone que les pirates tentent de hacker, et dit ceci : « Bonjour, désolé je t’ai envoyé un code à 6 chiffres par SMS par erreur, peux-tu me le transférer s’il te plaît ? C’est urgent. » Il ne faut surtout pas répondre à ce message : son envoi signifie que ce contact a été hacké et que vous êtes la prochaine cible.

En réalité, selon le site Capital, par cette demande de codes à 6 chiffres, les pirates tentent fort probablement de configurer WhatsApp sur un nouvel appareil grâce aux numéros de téléphone de leurs victimes. En transmettant le code demandé, vous donnez les clés de votre appareil aux pirates. En cas de doute, le magazine Which ? recommande d’entrer en contact avec l’ami qui vous demande ce code, par un autre canal de communication, pour vérifier ses dires.

Commentaires

commentaires

share on: