share on:

L’opération de rachat avec succès de la société de téléphonie, Tigo par Wari, plateforme de services à capitaux sénégalais 100% pour un montant de 80 milliards de fcfa, réveille des velléités et révulsions insoupçonnées chez les détracteurs de l’entreprise Wari, devenue un modèle de réussite et un levier d’inclusion à l’émergence économique. Selon des informations crédibles parvenues à Confidentiel Afrique, des lobbies s’activent depuis quelques jours pour couper le signal à la fulgurante ascension du jeune entrepreneur sénégalais, Kabirou Mbodj. Détails

Le grand coup de maitre du jeune et discret entrepreneur sénégalais, Kabirou Mbodj, suite au rachat par Wari de l’opérateur de téléphonie, Tigo, deuxième pourvoyeur d’emplois du secteur des télécoms sur le marché, n’est pas du goût de certains mastodontes téléphoniques établis dans la region subsaharienne. Selon des informations parvenues à Confidentiel Afrique ces derniers jours, de puissants lobbies s’activent et manœuvrent sans répit pour saborder l’opération de rachat de Tigo tombé dans l’escarcelle de Wari, menée avec brio. Selon nos informations, une vaste campagne mise en orbite par des décideurs influents du secteur de la téléphonie – se prépare les jours à venir – pour démonter l’opération d’acquisition, en la présentant comme une action irrégulière. Des sources qui nous ont approchés, évoquent même que des missi dominici mandatés par des géants de la téléphonie opérant dans plusieurs pays au Sud du Sahara et qui y font fortune depuis des lustres, s’entre grenouillent et sont annoncés dans la capitale sénégalaise fin février 2017. Confidentiel Afrique qui a interrogé plusieurs spécialistes dans le domaine de transactions d’acquisition ou de fusion, soutiennent que l’opération s’est déroulée dans la totale transparence et que dans ce type d’opération, les autorisations où le quitus de l’état n’ont pas une valeur de suprématie inaliénable. A les en croire, il n’y a aucun risque, aucune anomalie juridique, dans le fond et la forme, aussi bien sur les actifs, le tour de table de l’actionnariat, les emplois que la licence de propriété.

La société Millicom détenait les trois sociétés au Sénégal que sont Sentel S.A., Data International et Mobile Cash. En clair, ces trois entités, appartiennent désormais à Wari, un groupe détenu à 97 % par Kabirou Mbodj.

Ailleurs dans les autres pays, l’état joue son rôle de vigie, couve, protège et accompagne des initiatives de cette envergure. Si ces lobbies parvenaient à assouvir leurs ambitions d’asphyxier et d’abattre ce jeune champion de l’entrepreneuriat privé, ce serait un précédent dangereux et un désaveu patent vis à vis des codes d’inclusion financière pour la construction de l’émergence industrielle nationale.

Source : Confidentiel Afrique

Commentaires

commentaires

share on: